Voeu relatif à la réduction de l’exposition des parisiens aux polluants et substances néfastes pour la santé

M. François HAAB

« Je ne vais pas reprendre point par point votre argumentaire. Nous pourrions engager ici
un débat d’experts mais ce n’est pas le lieu. Aujourd’hui la distinction entre perturbateurs
endocriniens et polluants chimiques devient extrêmement ténue. Ce qui est un polluant
chimique aujourd’hui peut devenir demain un perturbateur endocrinien au fur et à mesure
que la science avance. Nous sommes sur un débat sémantique. Je pense que l’esprit du
voeu est tourné vers les polluants chimiques en général, communément appelés pour un
certain nombre d’entre eux, perturbateurs endocriniens. Je vais revenir sur votre voeu en réponse au voeu déposé par notre groupe. Nous l’avons vu dans le règlement intérieur, nous nous acheminons de plus vers des règles qui s’apparentent à celles du conseil de Paris. Si je reprends les règles du conseil de Paris, il me semble qu’il est d’usage que lorsque l’exécutif dépose un voeu en réponse à un voeu déposé par un groupe d’opposition, que soit rappelé dans l’intitulé du voeu que celui-ci est déposé en réponse à un autre voeu. Je pense que ce serait une bonne pratique puisque celle-ci est d’usage au conseil de Paris.
Je ne vais pas revenir sur l’ensemble des considérants. Certains pourraient être discutés
cela dit. Dans vos propositions, 3 points posent quelques difficultés. Au point 5, il y a une
légère imprécision « conformément à la réglementation au plus tard en 2020 pour les
établissements du second degré ». Je rappelle que les compétences ne concernent pas le slycées mais uniquement les collèges. Il conviendrait peut-être de préciser que ce voeu ne s’adresse qu’aux collèges. Sur le point suivant le terme « en poursuivant sur Paris.fr » me paraît mesuré dans son intitulé. Nous aurions préféré des termes comme « en réaffirmant », « en renforçant ». Enfin, je reviens sur le premier point en nous demandant d’apporter notre plein soutien à l’élaboration en cours. La phrase est un peu compliquée dans sa sémantique. Elle s’apparent presque à nous demander un chèque en blanc. Bien sûr que nous sommes d’accord pour l’élaboration d’un plan mais nous n’y sommes pas totalement associés. Cette phrase nous demande quasiment d’entériner les conclusions de l’élaboration de ce plan. Je pense que l’introduction mériterait d’être revue. Nous aimerions être associés à l’élaboration du plan car ce débat nous engage tous et qui engage l’avenir de notre Ville. Ce serait constructif. Je vous remercie. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>