Communication sur le nouveau contrat de prévention et de sécurité d’arrondissement

Ophélie ROTA, Conseillère d’arrondissement

 » Merci Mme la Maire. Le contrat que vous nous présentez aujourd’hui est le résultat d’un travail commun entre des acteurs très différents mais complémentaires. Comme l’a dit M. PEUTILLOT, il est courageux d’associer les conseils de quartier depuis 2014 car ils relèvent au quotidien des incivilités, des aménagements qui ne privilégient pas le sentiment de sécurité et qui nous mobilisent parfois sur des délits beaucoup plus graves. Je le rappelle, ils sont nos yeux et nos oreilles sans aucune complaisance.
C’est aussi ambitieux d’associer les bailleurs qui sont souvent montrés du doigt pour leur gestion ou plutôt pour leur non gestion de la tranquillité de leurs locataires. Il est important qu’ils se mobilisent et qu’ils comprennent que leur travail ne s’arrête pas à la construction du logement.
Dans notre arrondissement, il est nécessaire et important de faire dialoguer l’ensemble des habitants sur la sécurité. Notre arrondissement a encore la réputation d’être calme et paisible. Il doit le rester et pour cela, nous ne devons pas baisser notre vigilance ni d’un côté ni de l’autre.
Je rejoins M. BONNET-OULALDJ là-dessus. D’un côté, je pense à la plainte qui a été déposée par plusieurs jeunes de notre arrondissement contre notre police pour des contrôles d’identité abusifs et des interrogatoires qui ont dépassé la pratique respectueuse, et de l’autre, je pense aux menaces de mort contre des policiers prononcées par des jeunes dans l’un de nos quartiers en juin dernier.
Ce nouveau contrat de prévention et de sécurité se découpe en fiches actions. Elles permettent de voir vos priorités. Lutter contre le décrochage scolaire, les violences faites aux femmes, la prostitution, les personnes en grande précarité, la tranquillité du Bois de Vincennes, le phénomène de bandes, sont autant de problématiques pour lesquelles nous soutenons votre engagement.
a Mairie de Paris a créé en juin dernier, une brigade de lutte contre les incivilités. 1 900 agents contribueront par des actions de prévention, de médiation et de dissuasion à préserver la tranquillité des Parisiens. Pouvez-vous nous dire combien d’agents seront attribués à notre arrondissement ? Au groupe UDI-MODEM, nous y voyons le début de la mise en place d’une police municipale que nous appelons de nos vœux, pour que la Maire de Paris et la Maire d’arrondissement retrouvent un pouvoir de police, et pour qu’un lien sans affrontement se créé entre habitants et police. Lorsque des personnes se connaissent, habitent au même endroit, une compréhension et un dialogue sont plus faciles à instaurer.
Nous avons un grand regret dans ce contrat de prévention. Il avait également été évoqué au niveau du Conseil de Paris. Le risque terroriste et la protection des populations ne sont pas présents. La lutte contre la radicalisation est derrière chaque action, certes. Mais sur ce point, nous attendons plus des élus parisiens. Vous avez toujours pris Mme la Maire, dans l’année qui vient de s’écouler, de bonnes décisions sur ce risque-là, et votre attitude a toujours été digne et rassembleuse. La dernière mesure en date, celle de renforcer la sécurité du forum des associations. Malheureusement, l’actualité nous a encore rattrapés cette semaine dans le 12e arrondissement avec ces jeunes filles, certaines sources journalistiques parlaient de viser la Gare de Lyon via le RER D ou encore ce jeune garçon de 15 ans qui a été arrêté hier à son domicile dans le 12e arrondissement pour volonté de passage à l’acte imminent. Il était fiché S et assigné à résidence dans le cadre de l’état d’urgence. Au passage, voici un bon exemple de l’utilité de l’assignation à résidence. Il préparait tout grâce à Internet. Sans donner de chiffres car je comprends que le sujet soit un peu « touchy », la maire que vous êtes connaît-elle le nombre de fichés S dans son arrondissement et le nombre de fois où nous sommes visés dans les discussions terroristes via les applications type Telegram. Ainsi, nous proposons qu’une fiche action sur le rôle d’Internet dans la radicalisation des jeunes soit étudiée pour la prochaine mise à jour de ce contrat. Cette question est traitée au niveau de l’Etat mais doit trouver une déclinaison au niveau parisien.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>