Vote Extension du jardin public Debergue

Sur ce sujet, je vous partage l’ensemble des débats. Christophe NAJDOVSKI a fait, ce soir là, un rappel historique de l’aménagement de l’espace.

Ophélie ROTA, Conseillère d’arrondissement
« Je souhaitais entendre les débats avant de m’exprimer. J’ai lu et relu les délibérations. Sommes-nous d’accord sur le fait que nous ne parlions que du jardin ? Le groupe UDI-MODEM s’était également abstenu, voir avait voté contre le projet global de la programmation des logements. Sur l’augmentation du jardin, j’ai du mal à me positionner contre, mais je voulais confirmation que je m’engage pour un jardin plus grand, mais pas forcément pour trois bâtiments et 95 logements. Voilà pourquoi je souhaitais entendre les débats avant de me positionner. A priori, je l’ai faite lire autour de moi, il n’y a pas de piège, et je vote donc pour un jardin plus grand. »

Catherine BARATTI-ELBAZ, Maire du 12e arrondissement, Conseillère de Paris
« Il n’y a pas de piège, je vous le confirme. Il s’agit juste de construire 2 500 m² de jardins.»

Christophe NAJDOVSKI, Adjoint à la Maire de Paris, Conseiller de Paris
« Merci Mme la Maire. Dans le droit fil de ce que vient de dire notre collègue Ophélie ROTA, cette délibération porte uniquement sur la question de l’extension du jardin. Donc, contrairement à ce que M. SEINGIER a dit, il ne s’agit pas du tout d’une délibération qui porte sur autre chose que la question de l’extension du jardin.

Permettez-moi de reprendre un peu l’historique du projet. Je remonterai à 2001, car en septembre 2001, il était voté par la majorité municipale du 12e arrondissement, à la suite de l’élection de Bertrand DELANOE en mars 2001, un projet d’aménagement du secteur Debergue, le Rendez-vous, qui prévoyait de réhabiliter des logements insalubres de la cité Debergue. Il faut rappeler qu’il existait des logements insalubres à cet endroit. Il s’agissait également de créer une première partie de jardins sur une parcelle qui appartient à la Ville de Paris. Ainsi, en 2006 a été créé le jardin Debergue Rendez-vous, qui est certes enclavé, mais qui fait déjà, maintenant depuis plus de dix ans, le bonheur des familles et des habitants du quartier.
Il s’agissait de la première phase, suite notamment à la mobilisation qui s’était tenue dès les années 90 par rapport à un projet initial, si je remonte encore plus loin, où il avait été question, dans les années 90 de percer une rue et de prolonger la cité Debergue jusqu’à l’avenue du Docteur Arnold NETTER pour en faire une rue circulée, avec un projet immobilier. Heureusement, ce projet avait été stoppé et complètement réorienté au début des années 2000, et dans la foulée de l’élection de Bertrand DELANOE, réorienté vers la création d’un grand jardin sur la parcelle qui appartenait à la Ville de Paris.

Il y a eu la volonté de poursuivre l’extension de ce jardin sur la deuxième partie de la parcelle, qui elle n’appartient pas à la Ville de Paris, mais à la RATP. Des discussions ont donc été menées avec la RATP, sachant que ce site était occupé par des activités sportives notamment. Il a donc fallu trouver des sites pour reloger ces activités sportives et négocier avec la RATP sur une parcelle qui n’appartient pas à la Ville de Paris. Or, la RATP a souhaité sur sa parcelle construire des logements avec sa filiale Logitransports, notamment des logements qui vont permettre d’accueillir des salariés de la RATP, comme des machinistes, c’est-à-dire des conducteurs de bus, sachant qu’une partie d’entre eux travaillent pour le réseau de bus parisien. Par exemple, nous avons un dépôt rue de Lagny dans le 20e arrondissement. Il s’agit aussi d’une bonne chose que de faire en sorte que les citoyens habitent près de leur lieu de travail.

Dans ces négociations, il a donc fallu faire un compromis avec la RATP pour à la fois poursuivre la volonté de la Ville de Paris, qui était l’extension du jardin, et c’est ce que nous sommes amenés à voter ici, 17 ans après le premier projet de création d’un jardin sur Debergue, et accepter aussi dans un paquet global les besoins qui avaient été exprimés par la RATP. La Ville en a profité pour dire qu’il fallait créer des équipements publics, et notamment une crèche, qui comportera 96 ou 99 berceaux, dans le quartier qui aujourd’hui en a le plus besoin, c’est-à-dire le quartier de Bel air nord, qui malgré les réalisations de la crèche Montera ou de la crèche du multi-accueil rue Fernand Fourreau, nécessite encore que l’on réalise de nouveaux équipements publics pour accueillir les enfants du quartier, qui sont nombreux.

C’est dans ce cadre qu’aujourd’hui, nous sommes amenés à voter cette délibération qui ne porte que sur l’extension du jardin. J’entends que nous aurions peut-être pu obtenir 100% du terrain étendu pour le jardin. Cela n’a pas été possible. On peut le regretter, mais dans une discussion avec la RATP, il nous a fallu faire des compromis et accepter, à partir du moment où nous ne sommes pas propriétaires, d’y réaliser aussi des logements pour les personnels de la RATP.

Faut-il jeter le bébé avec l’eau du bain ? M. SEINGIER n’hésite pas à le faire. On vote contre l’extension du jardin car on estime que des logements sont inclus dans ce projet. On n’est pas contents de cette construction de logements, donc on vote contre l’extension des jardins. Cela relève de votre responsabilité et je vous la laisse. Nous pensons qu’il faut, malgré tout, soutenir ce projet, car il s’agit d’un projet d’extension du jardin qui va augmenter sa surface de 40%. Il fait 6 300 m² aujourd’hui et il en fera 8 800 demain, c’est-à-dire presque un hectare au cœur d’un quartier qui en a absolument besoin.

Comme je le disais tout à l’heure, l’objet de cette délibération consiste à débattre sur le principe d’aménagement et sur la programmation du jardin. Nous en avons peu entendu parler ce soir, et peut-être que Mme HONORÉ pourra nous donner des précisions sur ce que contiendra ce futur jardin en termes d’espaces, pour les grands, les petits, les âgés et les moins âgés. Il nous est donc demandé d’approuver les demandes d’autorisation administratives qui sont nécessaires à la réalisation des travaux d’extension du jardin public Debergue. C’est tout ce qui nous est demandé, en conséquence, nous voterons pour cette délibération. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>