Quelle différence entre les véhicules partagés et Autolib ?

À l’occasion d »une délibération sur le développement des services de véhicules partagés à Paris, Christophe NAJDOVSKI, Adjoint à la Maire de Paris, Conseiller de Paris a fait le point sur les différences entre les véhicules partagés et autolib. Nous décidons de vous partager son intervention qui évoque des chiffres d’une étude sur la mobilité avec autolib et l’autopartage.

« L’auto-partage, c’est une voiture partagée à des moments différents par des personnes différentes qui peuvent se retrouver seules ou à plusieurs dans la voiture. Cette délibération propose un nouveau service de véhicules partagés avec à la différence d’Autolib’, un système qui fonctionne en boucle et non pas en trace directe. Cela signifie que l’on ramène le véhicule au point de départ, là où on l’a emprunté. Ces systèmes existent depuis une quinzaine d’années en France mais jusqu’à présent, c’était confiné dans des parkings souterrains. L’intérêt est de leur donner de la visibilité. Nous sommes dans des systèmes complémentaires d’Autolib’ puisque là où Autolib’ est utilisé en moyenne 35 minutes pour des trajets de 8 à 9 km. Autolib’, c’est en quelque sorte le trajet moyen d’un taxi. Les systèmes d’auto-partage correspondent à des usages plus longs, en moyenne 6 heures, pour des trajets plus longs. C’est ce service que nous voulons développer à Paris et dans notre arrondissement. Je vous donne les chiffres d’une étude réalisée par un cabinet spécialisé en matière de mobilité qui s’appelle 6T et qui a réalisé une enquête auprès de 1 100 usagers de véhicules auto-partagés, soit 600 usagers d’Autolib’ et 500 usagers de la société Mobizen qui est l’une des sociétés d’auto-partage. Cette étude a montré qu’un véhicule Autolib’ remplace 3 voitures particulières tandis qu’une voiture auto-partagée en boucle, remplace 7 voitures particulières. Nous avons aussi les effets d’Autolib’ et des systèmes d’auto-partage sur la démotorisation. Autolib’ réduit de 23% le parc automobile suite à l’abonnement. Il est majoritairement utilisé par des Parisiens qui se déplacent dans Paris. Pour le système d’auto-partage en boucle, on a une réduction de 67% du parc automobile. Autolib’ permet une réduction de 11% des kilomètres parcourus en voiture et l’auto-partage permet une réduction de 45% des kilomètres parcourus en voiture. Ces deux systèmes sont complémentaires. Ils permettent l’un et l’autre, un usage plus raisonné de la voiture individuelle. Les systèmes d’auto-partage en boucle ont un effet beaucoup plus fort en termes de démotorisation et de report modal que le système Autolib. »

Convention avec le syndicat mixte Autolib’

Ophélie ROTA, Conseillère d’arrondissement

« D’abord pour souligner le déploiement d’Autolib’ qui a été une très bonne chose. C’était l’une des rares mesures qui visait à limiter concrètement la pollution et la place de la voiture à Paris. De plus, le service s’étend à 40 villes de banlieue et cette mesure respecte la promesse du Grand Paris. Nous profitons de la présence de M. NAJDOVSKI dans notre conseil pour faire une proposition. Pourquoi ne pas encourager encore plus cette solution propre d’auto-partage en autorisant l’accès aux voies bus pour les voitures Autolib’ ? Merci. »

David GREAU, Adjoint auprès de la Maire du 12e arrondissement, Conseiller d’arrondissement, rapporteur :

 » (…) Je laisserai le débat ouvert sur la question de l’accès aux voies de bus qui est une question lancée comme une bouteille à la mer si j’ai bien compris. Si on commence à ouvrir les voies de bus à trop d’exceptions, on découragera l’usage du bus. »