Tribune « Les écrits restent…. »

Pour ne plus s’entendre dire que nous refusons un projet historique pour Paris, nous profitons de cette tribune pour rappeler notre soutien au projet de piétonisation des voies sur Berge rive droite. Ce projet était dans le programme municipal que nous défendions aux côtés de Les Républicains en 2014. Mais sommes-nous autorisés à dire que la mise en place de ce projet a été précipitée, irrespectueuse et sans concertation ? À en croire la majorité, non !
Paris doit se réapproprier son fleuve pour, entre autres, des raisons environnementales. La fermeture aux voitures des voies sur berge rive droite est une décision naturelle et bénéfique pour tous. Ce projet est historique pour Paris et c’est justement parce qu’il l’est, qu’il ne pouvait être fait avec cette méthode autoritaire.
Le projet choisi l’a été en s’appuyant sur les 57% d’avis favorables parmi 933 contributions issues de la concertation publique (été 2015). En 2011, 1563 contributions sur l’aménagement des berges de Seine rive gauche avaient été jugées par le commissaire- enquêteur comme trop faible pour se positionner et la concertation avait été prolongée. Pas cette fois-ci !
Plus grave, le mépris de la mairie vis-à-vis des légitimes inquiétudes exprimées par plusieurs acteurs : le vote négatif de la commission d’enquête en août 2016, l’appel des maires de banlieues qui sont exclus du projet, les 40 000 artisans parisiens, le trafic des bus RATP qui devrait être impacté à 42% et tous les retours quotidiens des parisien-nes. Au groupe UDI-Modem, nous avions demandé à ce que soit étudié un plan de circulation. Refusé. Nous avions demandé à ce que soit étudié des modes de transports collectifs propres et silencieux sur les voies et d’accentuer les navettes fluviales. L’objectif était de proposer des transports alternatifs et de soulager les bus. Pas entendu.

Tribune parue dans le journal « Notre 12″ n° 75