Délibération pour la création de la régie personnalisée école du Breuil

 Ophélie ROTA, Conseillère d’arrondissement

« Pour commencer, je tiens à saluer l’engagement et le travail de Pénélope KOMITES pour l’école Du Breuil. Toutes les solutions présentées dans la délibération ne sont peut-être pas satisfaisantes pour tout le monde, mais l’action de Pénélope KOMITES est réelle pour défendre cette école et son savoir-faire.

L’école Du Breuil est une fierté pour l’arrondissement, comme peuvent l’être d’autres écoles spécialisées, car son rayonnement dépasse largement les frontières parisiennes et franciliennes. Elle existe depuis 1867 à l’époque où Paris se transformait et où l’on accompagnait le changement. Paris se verdissait, alors on prévoyait la formation pour ces nouveaux métiers.

151 ans plus tard, nous avons tout autant besoin des savoir-faire des professionnels formés à l’école Du Breuil. Nous avons voté le Plan Climat et le Plan Biodiversité de Paris, et nous avons activement besoin de ce maillon essentiel pour la transition écologique que nous souhaitons pour Paris.

Le changement de statut de l’école en régie personnalisée a, je crois, un réel intérêt pour le développement de l’école avec, par exemple, la création d’un Conseil d’administration. L’école gagnerait en autonomie avec plus de réactivité dans les décisions prises par des personnes directement concernées et impliquées dans l’établissement. Par ailleurs, la régie personnalisée n’impacte pas le statut des agents de l’école, ni leurs droits ni la rémunération ou les prestations sociales.

Toutefois, nous pouvons nous interroger sur un point : Cette délibération vient-elle réellement répondre à l’inquiétude des investissements nécessaires aux bâtiments de l’école ? Voilà plus de 15 ans que des budgets d’investissement sont votés. Or ils ne sont jamais débloqués. Nous arrivons aujourd’hui à une situation où les bâtiments reçoivent des élèves et ne sont pas forcément aux normes de sécurité. Ces investissements devraient être l’acte 1 du plan d’action en faveur de l’école Du Breuil pour accompagner son évolution et maintenir son niveau d’excellence. Aujourd’hui, quels engagements sont pris par la Mairie pour verser la somme nécessaire aux travaux ? Quelles sont les garanties, alors qu’une nouvelle étude de programmation de travaux va démarrer et rendra ses conclusions à l’été 2019 ? Les travaux nécessaires sont déjà connus de la Mairie. Nous demandons également de porter une attention toute particulière au prochain recrutement du directeur ou de la directrice et du responsable de formations. Pour le vote, nous attendons la réponse de Madame KOMITES. »

Nous avons finalement voté en faveur de la délibération.

Adoption du Plan Biodiversité de Paris 2018-2024

Ophélie ROTA, Conseillère d’arrondissement
« De notre côté également, nous soutenons et voterons ce plan de biodiversité à Paris. Il s’agit d’un nouveau plan très ambitieux. Nous en aurons un autre plus tard dans la soirée. Personne ne l’a encore fait, mais je crois qu’il faut souligner le travail d’orfèvre qui a été réalisé par les services à vos côtés, Pénélope KOMITES. Ce plan détaille avec une extrême précision la mise en place des 30 actions avec des objectifs à différentes dates : 2020, 2024, et fin 2030. Pour les élus attentifs qui voudraient suivre précisément la mise en place des actions, nous allons pouvoir accompagner cela, ainsi que le déroulement du plan tout au long de sa mise en place.

Ce plan, vous l’avez rappelé, doit faire de Paris une ville exemplaire en matière de biodiversité. Il y a encore quelques jours, j’aurais dû tirer la sonnette d’alarme en dénonçant certaines décisions prises par la Mairie de Paris qui vont à l’encontre de cette volonté d’exemplarité : la baignade du lac Daumesnil, un projet dont personne n’avait vraiment pris la mesure, et qui aurait entraîné d’énormes travaux sur cet espace symbole de biodiversité, qui respecte les espèces d’oiseaux, les arbres, etc. Heureusement, la mobilisation des associations, des habitants, et les différentes prises de parole des élus du 12e arrondissement ou Parisiens ont eu un écho, et la Ville a revu sa copie pour le lac Daumesnil. Vous nous l’avez confirmé, Mme la Maire, à l’instant. Effectivement, il existe une nécessité d’espaces de fraîcheur pour les Franciliens, mais nous pouvons résoudre ce problème autrement que par de très gros travaux.

Dernier point, comme mon collège Matthieu SEINGIER, j’ai effectivement vu la délibération DEVE 011 sur l’espace Saint Louis, qui constitue plutôt un projet enthousiasmant, avec le réaménagement de cet espace, qui est aujourd’hui un grand parking et qui va devenir une large pelouse, avec des espaces un peu plus partagés entre piétons, vélos et voitures.

Concernant les vœux, je voterai les deux vœux présentés. Sur la pollution lumineuse, sauf erreur de ma part, pour moi ce vœu était nécessaire, puisque le plan n’expliquait pas clairement sur ce point l’obligation de respecter la biodiversité. En allumant les parcs en permanence, cela s’avère compliqué. Ce vœu est utile, et ce combat est partagé au Conseil de Paris par le groupe UDI-MODEM, donc vous vous retrouverez sur ce sujet. Je vous remercie. »

Centre d’hébergement d’urgence dans le 12e en juillet

Le 18 janvier 2017, nous avons du débattre sur l’installation d’un centre d’hébergement d’urgence pour sans-abri dans le 12e arrondissement. En juillet, le centre ouvrira 300 places destinées aux familles sans-abri.Ce centre fait écho à celui qui a été ouvert dans le 16e, à la différence que son accueil est plus calme dans notre arrondissement et nous nous en félicitons. Cette structure se veut temporaire car elle sera située sur le terrain « du bastion de Bercy » qui fait parti du futur projet de réaménagement Bercy-Charenton.

Notre groupe a voté en faveur de cette ouverture, à l’instar du groupe au Conseil de Paris qui dans sa très très grande majorité avait voté le centre d’hébergement d’urgence du 16e. Cela relève pour nous de l’urgence vitale et de la dignité pour ces familles sans-abri.