Débat sur la modification du plan local d’urbanisme (PLU)

Ophélie ROTA, Conseillère d’arrondissement

« En juin 2014, nous avions dû approuver l’engagement d’une procédure de modification du PLU. Notre groupe s’était déjà étonné à l’époque de ce calendrier de révision qui ne prenait pas en compte la création de la Métropole du Grand Paris.
C’est une critique toujours d’actualité ! L’urbanisme est une compétence partagée avec la métropole à partir de 2017 et cela nous obligera à réviser à nouveau notre PLU dans moins d’un an.

Cette délibération se donne des objectifs difficilement réfutables et que nous partageons tous ici « amélioration du cadre de vie des parisiens », « rayonnement de Paris et création d’emplois » « réduire les inégalités pour un Paris plus solidaire », il ne faut donc pas s’arrêter aux intitulés.

Pour réduire « les inégalités pour un Paris plus solidaire », votre solution est l’augmentation du pourcentage de logement social….mais vous oubliez encore le logement intermédiaire, notre cheval de bataille. Qui n’est pas une lubie mais une vraie réponse aux familles parisiennes trop riches pour le logement social et trop pauvres pour le parc privé et qui doivent quitter Paris. Où est ce parc de logement intermédiaire qui vient faire la jonction entre le parc social et le parc privé ? Il y a toujours des signes et des intentions pour ces logements PLS mais on ne voit toujours pas la volonté d’un effort massif et durable sur la question.
Sur la question du logement un mot sur la surenchère en matière de logements sociaux, enprévoyant 30% de logements sociaux à l’horizon 2030 plutôt que les 25% prévu par la loi SRU

Je n’irai pas plus loin sur les aspects techniques de la délibération pour me concentrer sur un débat essentiel pour notre ville et que cette délibération ouvre : la densification de Paris.
Notre densité urbaine est en constante augmentation et nous sommes à plus de 21 000 habitants / km2 , 3 fois plus élevée que la moyenne des capitales européennes.
Comparaison plus parlante, Paris est la cinquième ville la plus dense au monde, après Manille, Le Caire, Calcutta, Shanghai et Mumbai, qui ne sont pas des exemples de ville durable…loin s’en faut !
Autrement dit, au chapitre de la densification urbaine, Paris a largement payé son dû et on peut se dire que notre objectif à tous à présent est de préserver nos derniers espaces de respiration. C’est une question de choix politique et de vision pour Paris.
Je précise que cette réflexion ne vient pas remettre en cause les 10 000 logements neufs par an prévus et nécessaires, pas plus qu’elle ne vient défendre des tours hautes qui viendraient à se multiplier dans la ville. La hauteur est extrêmement énergivore, en plus de créer une augmentation considérable de la densification.

Nos solutions alors ? Les bureaux vides et leur transformation en logement. Pour rappel, on parle de plus de 200 000 m2 dans Paris et porter cette question de la densification au niveau du Grand Paris.

Notre arrondissement va particulièrement être impacté par cette question de densification avec le « nouveau quartier » Bercy-Charenton, la caserne de Reuilly ou encore le périmètre Gare de Lyon-Daumesnil. Tous ces secteurs sont concernés par des espaces verts importants mais aussi de nombreux logements.
La douceur de vivre de notre arrondissement qui est un de ses atouts majeurs ne doit pas être perdue au fil des mandatures de Mme Hidalgo et nous y serons particulièrement attentifs.

A ce titre, les vœux du groupe EELV nous apparaissent cohérents avec l’idée de défendre un 12e qui maintient une bonne qualité de vie. Nous partageons leur volonté de voir se renforcer les circulations douces et pistes cyclables dans les quartiers aussi denses et complexes que la Porte de Vincennes, le boulevard de Bercy ou le secteur Gare de Lyon-Daumesnil. Nous les voterons.
Mais nous ferons l’inverse pour cette modification du plan local d’urbanisme. »