Tribune : De l’utilité des conseils de quartier

Capture d’écran 2016-03-24 à 16.18.51Le conseil de quartier est un lieu d’information, d’écoute, de débats concernant les projets d’aménagements d’un quartier. Le conseil de quartier est le relais entre les services de la mairie et les élus et la population du quartier, sans être les représentants des premiers ou des seconds. Sans être dupe sur ce dernier aspect de la définition, nous avons toujours défendu l’existence et le travail des conseils de quartier et nous encourageons les lecteurs à y prendre toute leur place.

Aujourd’hui, le conseiller de quartier a un rôle très sérieux  « de consultant » et ils sont souvent à l’origine de travaux d’amélioration de la vie quotidienne. Pour les élus que nous sommes, un conseiller de quartier est un véritable atout, des yeux supplémentaires dans un quartier pour prendre la pleine mesure du ressenti des habitants sur un projet quand nous habitons quelques rues plus loin.

Sur le réaménagement des places de la Bastille et de la Nation, les 2 conseils de quartier concernés ont mené des consultations, des rencontres et fait des propositions. Le travail de concertation grand public s’est fait dans un second temps à partir de leur travail…et nous, autres élus, pouvons ainsi être tenu éloigné de projets aussi emblématiques jusqu’au vote en conseil d’arrondissement ou de Paris. Cela peut dérouter et cela explique aussi que de nombreux élus toutes étiquettes politiques confondues sont des anciens conseillers de quartiers acharnés.

Nous continuerons à défendre cette instance et à lutter contre certaines postures politiciennes qui peuvent parfois s’inviter dans des réunions, et qui n’ont en aucun cas leur place.

Tribune est publiée dans le journal du 12ème de avril-juin 2016

Où nous trouver le week-end du 13/14 juin ?

Le mois de juin est un mois riche en évènement pour l’ensemble des conseils de quartier de l’arrondissement. Comme il faut savoir faire des choix, voici des initiatives de Conseil de quartier auxquelles nous nous rendrons et nous espérons vous y retrouver :

- Samedi 13 juin à 12h00 : Pique-nique de partage à la Rapée Villiot. Organisé avec l’amicale des locataires, ce pique-nique sera une nouvelle occasion d’échanger entre locataires et conseillers de quartiers….et tous habitants du 12ème qui le souhaitera.

- Dimanche 14 juin à 12h00 : Pique-nique géant dans le Parc de Bercy : musique, magie et manège au programme d’une après-midi entre détente et échange sur la vie du quartier.

Ce même jour, Bel-Air Nord organise aussi son déjeuner entre conseillers de quartiers et habitants.

Lundi 15 juin à 19h00 : Conseil d’arrondissement – je vous rappelle qu’il est public. Rendez-vous dans la salle des fêtes du 1er étage.

Budget participatif : 73 projets déposés par les Conseils de quartier du 12e

Dans le cadre du budget participatif, la mairie de Paris a lancé un site idee.paris.fr pour collecter l’ensemble des contributions de parisien-nes. Le 12ème  a fait le plus de contributions sur le site « idee.paris.fr dans le cadre du budget participatif, soit 314 propositions.Pour cette année, la mairie du 12e a décidé de consacré une enveloppe maximale de 2 417 000 € au budget participatif. 

Liste des 73 projets déposés par les Conseils de quartier du 12e

Aligre Gare de Lyon

Intervention : Investissements d’intérêts local (IIL) et les Investissements localisés (IL)

Élements de contexte

En début de conseil, Madame la Maire a fait venir le personnel du monde éducatif et pédagogique qui avait été particulièrement mobilisé lors de la prise d’otage de la Porte de Vincennes. En effet, les enfants des crèches, collèges et écoles alentours avaient évacués au fur et à mesure avec l’aide et le professionnalisme des encadrants éducatifs et pédagogiques.

Mme Ophélie ROTA,

« Merci Mme la Maire. J’en profite au nom du groupe UDI-MODEM pour vous remercier de votre gestion dans les terribles épreuves de la première semaine de janvier. Nous pensons tous les deux que vous avez joué votre rôle de maire, qui est le premier élu de proximité.Je tiens à dire que nous avons fait la minute de silence le samedi soir devant l’Hyper Cacher et devant la mairie.
Concernant le débat de ce soir. D’ailleurs, vous avez dit plusieurs fois discuter et non
débattre. Pour moi, c’est plutôt une discussion et non un débat. Nous vous remercions
pour cette liste détaillée et inédite dans laquelle nous avons pu nous plonger. Certains prix
nous paraissent étonnants mais ce n’est pas le propos ici. Que vous dire à ce sujet, à part rabâcher nos deux messages préférés sur le sujet c’est-à-dire notre attachement aux conseils de quartier. Ils ont un vrai rôle dans notre arrondissement et sont souvent à l’origine de travaux d’amélioration de la vie quotidienne. Ils ont les yeux un peu partout. Je vais également dire un mot sur le budget participatif, outil que nous connaissons déjà dans le 12e arrondissement pour l’avoir testé avant sa généralisation cette année. Comme lors du débat de novembre dernier, je tiens à vous redire que nous serons très vigilants sur la manière dont il va être géré. Encore une fois, nous demandons l’implication des conseillers de quartier pour la gestion de ce budget et qu’il soit suivi sur le long terme. Je vous remercie. »

Interventions : Charte relative au dispositif du budget participatif.

Éléments de contexte 

Le budget participe représente pour le 12eme près de 2 417 000 €.

M. Régis PEUTILLOT, Adjoint à la Maire du 12e arrondissement,

« Depuis 2001, le budget participatif du 12e arrondissement est mis en oeuvre pour ce qui concerne 5% du budget d’investissement de l’arrondissement, relatif à l’espace public. Dorénavant, la charte prévoit que le budget participatif d’arrondissement soit étendu à 30% du budget d’investissement d’arrondissement, qui ne concernera pas seulement l’espace public mais également les équipements publics de proximité. La charte prévoit que ce budget participatif d’arrondissement pourra bénéficier d’une incitation de la Mairie centrale donc du budget de la Ville. La charte prévoit que la formation et l’information des conseils de quartier. Leur ouverture vers les habitants est réaffirmée notamment par le biais de l’organisation de réunions publiques. Cette charte marque une étape dans l’affirmation du rôle des conseils de quartier mais aussi dans l’implication de nos concitoyens dans les affaires de la Ville de Paris. Pas seulement en ce qui concerne le choix de tel ou tel projet mais aussi en ce qui concerne un élément fondamental de la politique municipale à savoir son budget en lui-même. »

 

Mme Ophélie ROTA

« Cette délibération me permet de m’exprimer dans un premier temps sur un élément de
notre démocratie participative auquel je tiens beaucoup, à savoir, les conseils de
quartiers. J’y ai participé et c’est un lieu où les habitants peuvent prendre part
concrètement à la vie locale. Aujourd’hui, vous nous demandez de délibérer sur un nouvel outil de démocratie participative, le budget participatif. Sous la précédente mandature, le 12e a été l’arrondissement pilote, devrais-je dire précurseur sur le budget participatif, sous la responsabilité à l’époque de Richard BOUIGUE. L’expérience semble avoir été concluante puisqu’elle aujourd’hui proposée à l’ensemble des arrondissements parisiens.
Mais pourquoi le budget participatif a fonctionné dans notre arrondissement ? Parce qu’il y
avait un cadre défini, les conseils de quartiers accompagnés par les services techniques de la ville. Aujourd’hui, la charte que vous nous soumettez pour le budget participatif met en lien direct ce budget avec les Parisiens, sans cadre de gestion préétabli.Nous pensons que l’implication des conseils de quartier et de leurs conseillers dans la gestion du budget, devrait être mieux définie, ce qui permettrait d’avoir l’assurance d’une implication constante et suivie dans le temps.
Par ailleurs, l’idée d’une démocratie ouverte à tous, est louable, surtout si cela ramène
nos concitoyens à s’intéresser à la chose publique. Or, ce n’est malheureusement pas le
cas. J’en veux pour preuve le vote de septembre dans la Ville de Paris qui a proposé aux
habitants de donner leur avis sur 15 projets et ainsi déterminer les 5 projets prioritaires
pour la ville. Le vote a été une réussite du point de vue de la communication mais
beaucoup moins du point de vue de la mobilisation. Si nous faisons une règle de 3, les
47 000 votants représentent moins de 0,02% des Parisiens. La première des démocraties participatives est d’aller voter aux élections et elle doit le rester. Nous devons en tant qu’élus, lutter contre l’abstention qui touche également les élections locales aujourd’hui. Lutter contre l’abstention passe donc sans aucun doute par des élus qui ont des idées, qui les affirment et qui les défendent. »

M. Richard BOUIGUE, Premier Adjoint à la Maire du 12e arrondissement,

 » J’entends tout à fait la remarque de Mme ROTA sur la place des uns et des autres, des
conseillers de quartier et des conseillers d’arrondissement, et les objectifs à poursuivre sur la lutte contre l’abstention aux élections. Je pense qu’il n’y a pas d’incompatibilité ni
d’antagonisme entre d’une part, une démarche qui est celle de promouvoir la démocratie,
de promouvoir les opérations de vote notamment auprès des plus jeunes. Nous le faisons
avec les élections d’élèves délégués, avec les associations, avec le budget participatif.
Nous le poursuivons dans nos responsabilités en tant qu’élus avec nos partis respectifs. Je pense qu’il s’agit d’un objectif partagé que de se battre contre l’abstention. Je ne crois
pas que les opérations de budget participatif aillent dans le sens contraire. Je vois une
concomitance pourquoi pas aussi entre les villes où ce budget participatif a pu être mis en
place et où les dynamique locales ont pu se mettre en place à l’occasion d’élections.

Mme Catherine BARATTI-ELBAZ, Maire du 12e arrondissement

« Mme ROTA, je vous rassure, nous allons beaucoup nous appuyer sur nos conseillers de
quartier, sur nos associations. Mais je trouve aussi intéressant que les Parisiens, à titre
individuel puissent porter des propositions. »

Vote

Nous avons voté pour