Interventions : Charte relative au dispositif du budget participatif.

Éléments de contexte 

Le budget participe représente pour le 12eme près de 2 417 000 €.

M. Régis PEUTILLOT, Adjoint à la Maire du 12e arrondissement,

« Depuis 2001, le budget participatif du 12e arrondissement est mis en oeuvre pour ce qui concerne 5% du budget d’investissement de l’arrondissement, relatif à l’espace public. Dorénavant, la charte prévoit que le budget participatif d’arrondissement soit étendu à 30% du budget d’investissement d’arrondissement, qui ne concernera pas seulement l’espace public mais également les équipements publics de proximité. La charte prévoit que ce budget participatif d’arrondissement pourra bénéficier d’une incitation de la Mairie centrale donc du budget de la Ville. La charte prévoit que la formation et l’information des conseils de quartier. Leur ouverture vers les habitants est réaffirmée notamment par le biais de l’organisation de réunions publiques. Cette charte marque une étape dans l’affirmation du rôle des conseils de quartier mais aussi dans l’implication de nos concitoyens dans les affaires de la Ville de Paris. Pas seulement en ce qui concerne le choix de tel ou tel projet mais aussi en ce qui concerne un élément fondamental de la politique municipale à savoir son budget en lui-même. »

 

Mme Ophélie ROTA

« Cette délibération me permet de m’exprimer dans un premier temps sur un élément de
notre démocratie participative auquel je tiens beaucoup, à savoir, les conseils de
quartiers. J’y ai participé et c’est un lieu où les habitants peuvent prendre part
concrètement à la vie locale. Aujourd’hui, vous nous demandez de délibérer sur un nouvel outil de démocratie participative, le budget participatif. Sous la précédente mandature, le 12e a été l’arrondissement pilote, devrais-je dire précurseur sur le budget participatif, sous la responsabilité à l’époque de Richard BOUIGUE. L’expérience semble avoir été concluante puisqu’elle aujourd’hui proposée à l’ensemble des arrondissements parisiens.
Mais pourquoi le budget participatif a fonctionné dans notre arrondissement ? Parce qu’il y
avait un cadre défini, les conseils de quartiers accompagnés par les services techniques de la ville. Aujourd’hui, la charte que vous nous soumettez pour le budget participatif met en lien direct ce budget avec les Parisiens, sans cadre de gestion préétabli.Nous pensons que l’implication des conseils de quartier et de leurs conseillers dans la gestion du budget, devrait être mieux définie, ce qui permettrait d’avoir l’assurance d’une implication constante et suivie dans le temps.
Par ailleurs, l’idée d’une démocratie ouverte à tous, est louable, surtout si cela ramène
nos concitoyens à s’intéresser à la chose publique. Or, ce n’est malheureusement pas le
cas. J’en veux pour preuve le vote de septembre dans la Ville de Paris qui a proposé aux
habitants de donner leur avis sur 15 projets et ainsi déterminer les 5 projets prioritaires
pour la ville. Le vote a été une réussite du point de vue de la communication mais
beaucoup moins du point de vue de la mobilisation. Si nous faisons une règle de 3, les
47 000 votants représentent moins de 0,02% des Parisiens. La première des démocraties participatives est d’aller voter aux élections et elle doit le rester. Nous devons en tant qu’élus, lutter contre l’abstention qui touche également les élections locales aujourd’hui. Lutter contre l’abstention passe donc sans aucun doute par des élus qui ont des idées, qui les affirment et qui les défendent. »

M. Richard BOUIGUE, Premier Adjoint à la Maire du 12e arrondissement,

 » J’entends tout à fait la remarque de Mme ROTA sur la place des uns et des autres, des
conseillers de quartier et des conseillers d’arrondissement, et les objectifs à poursuivre sur la lutte contre l’abstention aux élections. Je pense qu’il n’y a pas d’incompatibilité ni
d’antagonisme entre d’une part, une démarche qui est celle de promouvoir la démocratie,
de promouvoir les opérations de vote notamment auprès des plus jeunes. Nous le faisons
avec les élections d’élèves délégués, avec les associations, avec le budget participatif.
Nous le poursuivons dans nos responsabilités en tant qu’élus avec nos partis respectifs. Je pense qu’il s’agit d’un objectif partagé que de se battre contre l’abstention. Je ne crois
pas que les opérations de budget participatif aillent dans le sens contraire. Je vois une
concomitance pourquoi pas aussi entre les villes où ce budget participatif a pu être mis en
place et où les dynamique locales ont pu se mettre en place à l’occasion d’élections.

Mme Catherine BARATTI-ELBAZ, Maire du 12e arrondissement

« Mme ROTA, je vous rassure, nous allons beaucoup nous appuyer sur nos conseillers de
quartier, sur nos associations. Mais je trouve aussi intéressant que les Parisiens, à titre
individuel puissent porter des propositions. »

Vote

Nous avons voté pour