Tribune : Paris vaut mieux qu’un communiqué de presse

C’est dans la presse que la maire de Paris a annoncé sa volonté de débitumiser 4 lieux de Paris dont la place Henri Frenay. Une annonce faite aux médias au mépris des élus et méconnaissant ce qui a été réalisé dans les arrondissements. Devons-nous rappeler que le place Henri Frenay vient tout juste d’être refaite ? La fois de trop ?

Faire entrer la nature dans la ville est une vision du Paris de demain que je partage pleinement mais cette méthode n’est plus acceptable. La liste est longue des projets présentés à la presse sans concertation avec les parisien.nes et les élus !

Citons, le projet de baignage dans le lac Daumesnil. Les esquisses du futur aménagement était dans le Parisien, alors même que les citoyens et les élus du 12e n’avaient encore rien entendu, rien vu. Le projet, dès son annonce, était contesté pour son aspect anti-écologique en perturbant considérablement l’environnement sur place et pour les travaux gigantesques. La maire de Paris s’est entêtée, et a même entrainé de lourdes dépenses du budget du 12e, avant de finir par renoncer grâce à une mobilisation partagée et justifiée.

Autre exemple emblématique, l’installation privée et festive sur la friche Netter-Debergue. Encore la presse qui informe riverains et élus de l’arrivée du « marché pop » avant le début des travaux.

Comment faire autrement ? Aujourd’hui, la mairie de Paris est toute puissante sur l’ensemble des sujets cruciaux du quotidien des parisiens : projets d’urbanismes, propreté ou encore la sécurité. Je suis pour que la mairie d’arrondissement soit responsable avec de réels outils décisionnaires pour agir ; ce serait donné, aussi, tout simplement un nouveau souffle à la démocratie parisienne.

Tribune publiée dans le journal #Notre12eme n°86 -Juillet-août-septembre 2019

Tribune : Des propositions concrètes pour un quotidien plus juste

Cette tribune est rédigée le 8 décembre, 4e samedi de mobilisation des Gilets jaunes partout en France. Paris est une fois de plus le théâtre de déplorables actes de violences, où les revendications légitimes pour la hausse du pouvoir d’achat et l’égalité devant l’impôt se mêlent aux actes de casseurs, souvent issus de mouvements extrémistes. Magasins pillés, restaurants dévastés, mobiliers urbains détruits, ces actes sont inacceptables. Il  faut remercier la mobilisation incroyable des forces de l’ordre pour notre sécurité, de la justice pour permettre les comparutions immédiates et enfin des services de nettoyage de la ville qui interviennent pour prendre soin  de notre ville.

Cette mobilisation est à prendre avec sérieux. Le Gouvernement a fait des annonces qui démontrent une envie de dialoguer, négocier et réformer tous ensemble le pays. Je retiens, par exemple, l’annonce de taxer les GAFA au niveau national dès 2019 car l’Europe fait blocage ou bien le grand débat sur notre fiscalité ; une réforme en profondeur pour la rendre plus juste pour nos concitoyens et nos petites entreprises. Ce « grenelle de la fiscalité » est porté par les élus centristes et progressistes depuis une dizaine d’années, cela arrive, enfin !

L’implication de toute la société, pour qui la République est plus importante que nos différences, est nécessaire pour la réussite de cette « après-mobilisation Gilets jaunes ».

Une phase de concertation est ouverte depuis 15 décembre et doit donner un nouveau souffle au débat, à la co-construction entre les politiques et les citoyens. Paris est évidemment concerné et tous les habitants sont invités à exprimer leur diagnostic, leur colère peut-être, à partager leurs idées.

Débattons, parlons-nous lors de nos prochaines rencontres dans l’arrondissement pour proposer des mesures concrètes pour améliorer notre quotidien.

Tribune parue dans le journal « Notre 12e » n°84 (janvier-mars 2019)