Vœu relatif à la prise en charge des personnes réfugiées

Le Front de Gauche et EELV se sont associés pour déposer un voeu sur la situation que les migrants vivent à Paris et pour demander une prise en charge renforcée de ces populations par la Ville de Paris.

Nicolas BONNET-OULALDJ, Conseiller de Paris

« La Ville de Paris a été au cœur de l’actualité pour des raisons que nous connaissons tous, les conséquences de la guerre dans le monde, les conséquences de la guerre en Syrie, en Lybie, en Erythrée, dans la corne de l’Afrique, et l’arrivée de réfugiés sur notre sol comme en Italie, en Grèce et dans toute l’Europe. Nous avons vécu une situation avec des campements indignes, boulevard de la Chapelle. Nous nous sommes réunis sur un vœu au Conseil de Paris afin de procéder à une offre d’hébergement de ces réfugiés. Malheureusement, les événements qui ont suivi n’ont pas résolu la situation. Le président de groupe que je suis, a été amené à intervenir à plusieurs reprises, notamment du fait que certains de mes élus se sont portés solidaires et ont été victimes de violences à l’occasion d’une nouvelle évacuation de la Halle Pajol. Je pense que ce soir, l’état d’esprit que nous avons avec les élus d’Europe Ecologie Les Verts, est d’essayer de rassembler une majorité d’élus, qu’ils soient du centre, de gauche ou républicains s’ils en portent vraiment le nom, à travers ce vœu qui pourrait être un premier pas vers une solution, au moins d’urgence, à court voire à long terme. Le sens de notre co-signature avec le groupe Europe Ecologie Les Verts et la proposition de ce vœu, est d’essayer d’aboutir à quelque chose de majoritaire pour que les élus parisiens se réunissent autour de cette cause qui mérite une prise de position commune pour la dignité de ces personnes réfugiées. Je vous remercie. »

Ophélie ROTA, Conseillère d’arrondissement

« Sur un autre sujet, j’aurais réduit mon intervention mais là, je vais la faire en entier. Je voulais remercier le groupe Europe Ecologie Les Verts et le Front de Gauche Parti Communiste d’avoir déposé ce vœu, ce qui nous permet d’avoir un débat sur ce drame humain qui pour des raisons politiques ou climatiques ne tarira pas dans les années à venir. Il est sain que nous en débattions et pour ne rien vous cacher, nous avons eu des échanges depuis le dépôt du vœu entre tous les élus qui ont été concernés dans notre arrondissement. Des échanges très riches. Je sais que même de votre côté, tout le monde n’a pas réagi de la même façon, dans le 18e par exemple ou dans le 19e , les amendements qui ont été proposés ne sont pas les mêmes qu’ici. Il y a un réel débat qui s’installe. C’est intéressant. Quand je lis ce vœu, je suis confortée dans ma position de centriste puisque je partage les constats que vous inscrivez dans vos considérants et un certain nombre de demandes faites à la Mairie de Paris. Et j’en juge d’autres comme dépassant l’équilibre que nous devons avoir sur cette question, et surtout les remises en cause exclusives de notre ville. Cela limite le débat. Comme cela a été rappelé, ces dernières semaines ont été marquées par des images très fortes et très dures pour Paris. Cette évacuation de centaines de migrants installés boulevard de la Chapelle entre autres. Les images ne montraient pas la suite du parcours pour ces personnes après leur évacuation parce qu’il n’y en avait pas. C’était pour mieux errer dans Paris et reconstituer un peu plus loin, des camps de réfugiés. Il y a donc une solution à court terme à trouver et c’est le rôle de la Ville. En cela, la création d’un site dédié, proposé dans le vœu, pourrait être une solution acceptable. Ce serait une structure qui serait un repère pour ces populations et dans laquelle, elles trouveraient les ressources nécessaires pour comprendre les démarches à effectuer pour faire évoluer leur situation. Au-delà de la gestion plus humaine de la situation, la Ville gagnerait en efficacité pour pouvoir gérer ces migrants. Il faudrait aussi de manière urgente, mettre les moyens humains nécessaires en face pour remplir, étudier et satisfaire le cas échéant, les demandes de droit d’asile. L’attente moyenne de 6 mois pour avoir une réponse à un dossier, est ingérable pour construire un quotidien. Un dossier doit être déposé, on l’étudie et la décision du droit d’asile est accordée ou pas. Mais dans les deux cas, elle doit être signifiée rapidement au demandeur. D’autre part, ce vœu limite trop le débat car la véritable institution à remettre en cause, s’il doit y en avoir une, et je suis l’une des seules à pouvoir le dire ici, c’est l’Europe. Nous sommes centristes, nous croyons à l’Europe et à l’Europe fédérale même, à une Europe courageuse et qui fait preuve de cohésion dans les décisions de ce type. La question des migrants est européenne et en réalité, la France est assez peu concernée. Notre voisin italien a accueilli en 2014, 170 000 migrants sur les 260 000 personnes entrées illégalement en Europe. Et l’Europe laisse l’Italie seule pour gérer ces populations fragilisées. Ainsi dans le considérant, aussi bien dans l’amendement que dans le vœu initial, plutôt que de demander un plan structurel au Premier Ministre, au Gouvernement pour la France, il faut que l’on réclame au Président de la République, de secouer l’Europe, de convaincre ses homologues de prendre des décisions concrètes, rapides, pour harmoniser le droit d’asile dans chaque pays européen par exemple. Si on dégoûte les gens de l’Europe, c’est aussi par cette incapacité chronique à gérer les vrais problèmes auxquels nous sommes confrontés. La Ville est une réponse ponctuelle à l’accompagnement humain pour ces populations qui ne partent pas de chez elles de gaîté de cœur. Mais la solution pérenne doit venir de l’Europe. Pour terminer, je voudrais vous faire partager une conviction qui personnellement éclaire mes actions et mes décisions. Il ne faut oublier qu’aujourd’hui, c’est la Syrie, la Lybie ou l’Afrique qui migrent vers nos pays mais dans quelques décennies et avec tous les drames climatiques qui sont annoncés si nous n’inversons pas la tendance, ce sont nous,qui migrerons vers ces pays. Il ne s’agit pas ici de faire peur mais je reste convaincue que la situation sera un jour inversée. Je vais m’abstenir sur ce vœu et je le regrette, dans d’autres arrondissements, les groupes udi-modem l’ont voté. »

Explication de vote Voeu relatif à “Paris Hors du Grand Marché Transatlantique”, déposé par Nicolas BONNET-OULALDJ et le groupe des élus Communistes-Front de Gauche.

Monsieur François HAAB
« Quelques mots pour exprimer la position de vote de notre groupe. S’il ne s’agit pas de revenir ici sur les règles et les principes du libre échange, les propos exprimés par notre collègue sont pour nous, un fort sujet de préoccupation. En effet, nous voyons apparaître progressivement dans le cadre de cette proposition de Grand Marché Transatlantique, un certain nombre de prérogatives supranationales qui s’imposeront à un certain nombre de principes nationaux et qui vraisemblablement nous imposeront un certain nombre de contraintes que nous pourrions jugées inacceptables.
Néanmoins, à ce stade il nous apparaît inadapté que cette discussion ait lieu dans cette instance. Raison pour laquelle nous nous abstiendrons sur ce voeu. »