Tribune : Paris vaut mieux qu’un communiqué de presse

C’est dans la presse que la maire de Paris a annoncé sa volonté de débitumiser 4 lieux de Paris dont la place Henri Frenay. Une annonce faite aux médias au mépris des élus et méconnaissant ce qui a été réalisé dans les arrondissements. Devons-nous rappeler que le place Henri Frenay vient tout juste d’être refaite ? La fois de trop ?

Faire entrer la nature dans la ville est une vision du Paris de demain que je partage pleinement mais cette méthode n’est plus acceptable. La liste est longue des projets présentés à la presse sans concertation avec les parisien.nes et les élus !

Citons, le projet de baignage dans le lac Daumesnil. Les esquisses du futur aménagement était dans le Parisien, alors même que les citoyens et les élus du 12e n’avaient encore rien entendu, rien vu. Le projet, dès son annonce, était contesté pour son aspect anti-écologique en perturbant considérablement l’environnement sur place et pour les travaux gigantesques. La maire de Paris s’est entêtée, et a même entrainé de lourdes dépenses du budget du 12e, avant de finir par renoncer grâce à une mobilisation partagée et justifiée.

Autre exemple emblématique, l’installation privée et festive sur la friche Netter-Debergue. Encore la presse qui informe riverains et élus de l’arrivée du « marché pop » avant le début des travaux.

Comment faire autrement ? Aujourd’hui, la mairie de Paris est toute puissante sur l’ensemble des sujets cruciaux du quotidien des parisiens : projets d’urbanismes, propreté ou encore la sécurité. Je suis pour que la mairie d’arrondissement soit responsable avec de réels outils décisionnaires pour agir ; ce serait donné, aussi, tout simplement un nouveau souffle à la démocratie parisienne.

Tribune publiée dans le journal #Notre12eme n°86 -Juillet-août-septembre 2019

Tribune : Le juste équilibre entre s’opposer et proposer

À l’occasion de la publication du compte-rendu de mi-mandat de Catherine Baratti-Elbaz, maire du 12e arrondissement, la mairie laisse à l’ensemble des groupes politiques présents au conseil d’arrondissement un espace pour s’exprimer.
500 signes c’est peu mais c’est toujours ça comme espace d’expression dans un document où habituellement l’opposition n’a pas sa place ! Voici le texte rédigé et publié pour l’occasion.

Notre groupe démontre une façon de faire de la politique plus apaisée, moins dogmatique et sans posture politicienne. Nous défendons nos convictions sur la nécessité de plus de logements intermédiaires pour maintenir la classe moyenne dans Paris, la piétonisation des quais qui va dans le sens de l’histoire. Enfin, nous avons défendu nos croyances humanistes et sur la responsabilité en soutenant le centre d’accueil des migrants et l’expérimentation de la salle de consommation à moindres risques.