Intervention : le plan local d’habitat modifié

Mme Ophélie ROTA

« Merci Mme la Maire. Concernant ce PLH modifié, nous partageons de nombreuses choses avec vous comme la volonté de faire du logement, une priorité de la mandature. Ainsi, nous soutenons l’effort de création de 10 000 logements par an. Nous soutenons aussi votre volonté de rééquilibrage géographique de l’implantation des logements sociaux. C’est plutôt au niveau de Paris, Est, Ouest, Centre et Périphérie.
J’en profite pour dire aujourd’hui ce que ne n’ai pas pu dire la dernière fois soit que cette
volonté dépend beaucoup du Maire de Paris. Nous tapons souvent sur les maires de l’ouest parisien qui ont peu de logements sociaux. Mais si la Maire de Paris décide d’en placer, et que Paris vote, je crois que le Maire d’arrondissement ne peut pas s’opposer au vote et devra faire des logements sociaux. Nous soutenons aussi votre objectif de mixer avec équilibre, logements et activités ainsi que la transformation des 200 000 m² de bureaux en logements, tout en étant attentifs à ce que la transformation ne soit pas plus coûteuse que le fait de démolir et reconstruire. Nous saluons aussi l’objectif des 35% de T4 et + dans les opérations de construction de logements sociaux ce qui correspond à un réel besoin des familles parisiennes. Enfin, nous soutenons votre lutte contre l’insalubrité et la baisse de consommation d’énergie des bâtiments. Tout cela va dans le bon sens.
Nous avons aussi quelques points de désaccord, particulièrement sur le logement
intermédiaire. Vous connaissez notre cheval de bataille qui est un programme ambitieux
de création de logements intermédiaires qui manquent aujourd’hui affreusement dans les
logements proposés aux Parisiens. Pour nous, ce parc intermédiaire viendrait faire la
jonction entre le parc social et le parc privé. Ces fameux foyers trop riches pour le
logement social et trop pauvres pour le parc privé, et qui doivent quitter Paris. En effet,
ce PLH modifié propose bien 30% de logements intermédiaires. Mais l’expérience, non pas la mienne mais celle des élus qui m’ont précédé ou des autres arrondissements, nous fait dire que ces logements peuvent être conventionnés en logement social à tout moment. Là est notre inquiétude. Ainsi, rendre le logement intermédiaire à Paris, demande un effort massif et durable. Selon nous, ce PLH n’en fait pas la démonstration. De plus, nous pensons que l’existence de logements intermédiaires permettrait certainement de mieux réussir la rotation dans les logements en fonction des évolutions de la vie. Personne n’est condamné à être tout sa vie dans un PLAI ou un PLUS. Enfin, nous regrettons un peu la surenchère que la Maire de Paris fait en matière de logements sociaux, en prévoyant non pas 25% de logements sociaux comme le prévoit la loi
SRU, mais 30% à l’horizon 2030. Entre nos objectifs partagés et nos quelques doutes, nous ferons une abstention positive sur cette délibération. »