Tribune : Une petite ceinture 100% rendue aux parisien.nes !

La coulée verte René-Dumont est un lieu dont la réputation dépasse nos frontières. Cette promenade de 5km entièrement aménagée pour les piétons et les cyclistes est souvent le terrain de jeu privilégié de nombreux enfants de l’arrondissement.
En 2014, les deux projets présents au second tour de l’élection municipale prévoyaient d’aller encore plus loin en aménageant l’intégralité de l’axe de la petite ceinture tout autour de Paris.

Historiquement, nous avons toujours porté et défendu l’aménagement de l’axe de la petite ceinture en un lieu de promenade pour tous les parisien.nes. Notre ambition pour cet espace inédit est constante et sans équivoque : un lieu de circulation douce qui permet la préservation de la biodiversité et la valorisation du patrimoine existant que sont les anciennes gares. Nous défendons, ainsi, une boucle cyclable et de randonnée, avec transformation des gares en lieux de culture ou de loisirs, accessibles au plus grand nombre. C’est pourquoi, nous avions défendu, en vain, que le plan vélo voté en 2015 prenne en compte cet axe comme un axe majeur de circulation vélo et que nous ne souhaitons pas la réversibilité du projet qui offrirait la possibilité de faire revenir, un jour, du transport ferroviaire sur cet axe. En revanche, nous sommes pour la conservation des rails pour une utilisation ludique comme la pratique du vélorail.

Dans le 12e arrondissement, la nouvelle étape de concertation vient de s’achever pour les secteurs entre la rue de Charenton et le cours de Vincennes et la Villa du Bel-air. Toutefois les réponses sur les usages qui devront être adaptés à la géographie et aux besoins restent imprécises voire absentes, notre implication, notre vigilance vis à vis de ce projet ainsi que notre écoute des habitants restent totales !

Tribune parue dans le journal « Notre 12e » n°78 (juillet-août 2017)

Tribune libre : Les vélos oui, le débat aussi !

À leur retour de vacances, les riverains du boulevard de Reuilly et de celui de Picpus, ont pu découvrir que leurs rues avaient perdues leur place de stationnement pour laisser place à de lourds travaux pour les pistes cyclables du plan vélo 2015-2020 !

En mars dernier, le conseil d’arrondissement a voté à l’unanimité ce plan.Notre groupe avait souligné un oubli majeur pour un débat éclairé ; des cartes précises sur le tracé des futures pistes cyclables dans le 12ème.  L’exécutif avait promis qu’elles arriveraient dans un 2nd temps car elles n’étaient pas « pas tout à fait prêtes ». Ces cartes n’ont jamais été fournies aux élus de l’arrondissement ! Le détail des pistes cyclables a été connu mi juillet, à peine quelques jours avant le début des travaux. Pour la mairie, une concertation a eu lieu avec le comité vélo (combien d’habitants participent à ce comité ?!), et au moment du lancement du kiosque citoyen, place Daumesnil – alors même que les travaux étaient déjà programmés et que nous étions en plein milieu de l’été !

Nous ne remettons pas en cause l’existence de ce plan vélo nécessaire, entre autre, à la lutte contre la pollution atmosphérique et sonore dans notre ville mais nous regrettons vivement la méthode employée pour nous imposer le tracé et le calendrier qui prennent les habitants au dépourvu. Le travail de l’opposition est minimisé et aujourd’hui, les riverains ne peuvent que constater la présence des pistes et les problèmes de stationnement résidentiel qui vont avec.

Nous serons très vigilants à ce que le pouvoir d’achat des riverains possédant une voiture ne soit pas touché avec cette obligation de se garer dans un parking privé en sous sol. Ainsi, nous demandons à ce qu’ils bénéficient du même tarif que celui du stationnement résidentiel pour leur nouvelle place.

Tribune publiée dans le journal du 12e de septembre-octobre 2015

Lettre à l’adjoint au maire du 12ème sur le plan vélo 2015-2020

Nous avons écrit à David Gréau, adjoint à la Maire chargé des transports, de la voirie et des déplacements, pour lui signifier notre étonnement de ne pas avoir été informé des pistes cyclables prévues par le plan vélo 2015-2020 pour notre arrondissement comme cela nous avait pourtant été promis. Aujourd’hui, les travaux commencent et un véritable problème de stationnement résidentiel se pose pour les riverains.

Nous formulons une proposition : recenser les places de parking vides dans les parking privés du quartier pour les proposer aux riverains qui se voient retirer leur place de stationnement résidentiel au profit de pistes cyclables.

 A l’attention de David GRÉAU, Adjoint à la Maire chargé des transports, de la voirie et des déplacements du 12ème arrondissement

Paris, le 16 juillet 2015

Monsieur l’adjoint au Maire,

Je vous sollicite à propos du plan vélo 2015-2020 que nous avons débattu en conseil d’arrondissement le 30 mars dernier. Ce plan avait suscité l’enthousiasme de l’ensemble des groupes politiques de l’arrondissement, ainsi il avait été voté à l’unanimité.

Le groupe UDI-MODEM avait, à l’époque, relevé un manque dans ce plan vélo que vous nous présentiez : l’absence de plans détaillés des pistes cyclables pour notre arrondissement. « Un point de méthode sur lequel nous nous retrouverons tous. Il s’agit de la carte en annexe. Elle donne une vision d’ensemble mais ne rentre pas dans le détail de notre arrondissement. Je crois qu’une carte d’arrondissement sera donnée un peu plus tard. C’est regrettable et cela supprime un peu de concret dans notre débat de ce soir ».

Vous m’aviez répondu « Je reviens sur votre souhait de disposer d’une carte plus détaillée. Nous la donnerons dans un second temps. Elle n’était pas encore tout à fait prête ».

Ces cartes n’ont jamais été fournies aux élus de l’arrondissement !

Ce n’est que le jour du lancement du kiosque citoyen sur la place Daumesnil et de son programme que nous avons découvert le détail de nos pistes cyclables, également sur le site internet de notre arrondissement :

-        la piste cyclable boulevard de Reuilly est

-        la piste cyclable boulevard de Reuilly ouest

-        la piste cyclable boulevarde de Picpus

Ces pistes cyclables posent aujourd’hui des problèmes aux riverains concernés, nous pensons particulièrement à celle boulevard de Picpus. Ces pistes cyclables vont purement et simplement supprimer des places de stationnement cruciales dans ce quartier résidentiel. Aucune solution de remplacement n’est, pour le moment, proposer aux riverains qui vont se voir contraint de louer une place de parking (après le studio, un espace parisien très onéreux !). Notre rôle d’opposant constructif aurait été, au moment du débat en Conseil d’arrondissement, de vous alerter et de proposer, par exemple, un plan parking pour répertorier en amont les places vides dans les parkings souterrains privés du quartier… mais vous ne nous en avez pas donné l’occasion et nous sommes devant le fait accompli. Nous ne pouvons à présent que constater….et protester !

Monsieur l’adjoint au maire, quelles solutions proposez-vous aux riverains qui vont perdre leur place de parking résidentiel ? Une aide financière est-elle envisageable ? Par ailleurs, comment jugez-vous la faisabilité d’un état des lieux des places libres dans les parkings privés dans les immeubles des quartiers concernés ?

Veuillez recevoir, Monsieur l’adjoint au Maire, mes meilleures salutations.

 

Voeu rattaché au plan vélo 2015-2020 pour une piste cyclable dans le faubourg saint Antoine

Ophélie ROTA, Conseillère d’arrondissement :

« La présentation du voeu sera très rapide. Nous avons déposé un vœu avant d’avoir vu la délibération. Un vœu concernant une piste cyclable qui relierait Nation et la Place de la Bastille via le Faubourg Saint-Antoine. Cet axe structure notre arrondissement et permet de rejoindre aussi bien des points importants d’habitation que des lieux de travail. Cet espace n’est absolument pas sécurisé pour les vélos. Nous avons demandé à ce que ce soit étudié. »

Réponses de deux adjoints au maire et de Madame la Maire qui nous a demandé de retirer notre voeu car celui-ci était déjà satisfait. Ce que nous avons fait.

 Fabrice MOULIN, Adjoint à la Maire du 12e arrondissement, Conseiller d’arrondissement

« Très rapidement. C’est notamment par rapport au vœu. Je vais parler au nom du parti Radical de gauche que je représente et il faut le dire aussi, en tant qu’habitant du 12ème , habitant de Paris et usager de la route. Je voulais saluer cette délibération et son engagement pour la subvention pour l’achat de vélos triporteurs et de vélos cargos dans le cadre du programme vélo. L’objectif de passage de 5% de la part modale à 15% est totalement louable dans le cadre de la réduction de la pollution. Nous pouvons aussi noter l’aide de la Ville de Paris à l’achat de véhicules d’assistance électrique. Je voulais marquer un point de vigilance par rapport aux objectifs dans le vœu de l’UDI sur une piste cyclable entre Bastille et Nation. Certes, 15% de la part modale est un objectif louable mais qui laisse encore beaucoup de place pour les véhicules. Il faut voir le tracé que pourrait suivre cette piste cyclable et les conséquences sur l’ensemble de l’arrondissement et de Paris au niveau de la circulation notamment les reports de circulation sur les commerces environnants. J’appelle le conseil à la vigilance sur ce sujet. Merci. »

David GREAU, Adjoint à la Maire du 12e arrondissement, Conseiller d’arrondissement

«Je souhaite également revenir sur votre vœu Mme ROTA dont je partage la philosophie. Je vous remercie de l’avoir déposé. Je souligne le ton constructif de ce vœu particulièrement non polémique. Les préoccupations que vous y mentionnez figurent dans le plan vélo qui vous est parvenu après. Il y a eu un petit décalage de l’arrivée des délibérations pour le Conseil d’arrondissement. Etant donné que votre proposition est reprise dans le plan vélo, je vous demanderai de le retirer. Le Faubourg Saint-Antoine est un axe stratégique qui sera aménagé dans un second temps de cette mandature. Comme l’a souligné M. MOULIN, il y a des problématiques spécifiques auxquelles nous sommes vigilants. Un aménagement de voirie favorable aux cyclistes n’est pas favorable aux co-cyclistes. Il s’agit d’un aménagement global le plus souvent ce qui permet d’apaiser la rue.

Mme Catherine BARATTI-ELBAZ, Maire du 12e arrondissement, Conseillère de Paris

« Merci beaucoup. Effectivement, Mme ROTA, l’itinéraire que vous nous proposez d’étudier, figure dans les deux grands aménagements que nous proposons de réaliser dans notre arrondissement. Le premier étant la poursuite de l’itinéraire cyclable sur le boulevard de Reuilly et le boulevard de Picpus. Je note que cet aménagement fait consensus et qu’il va faire l’unanimité au sein de notre conseil. Je m’en réjouis d’avance ; Nous pourrons le porter ensemble auprès des riverains. Le deuxième aménagement structurant dans notre arrondissement est un élément important de la liaison entre l’est et l’ouest, entre deux bois, et figure dans cette carte sur le faubourg Saint-Antoine. Certaines difficultés existent mais nous nous engageons par cette délibération à l’étudier comme vous nous y invitiez dans votre vœu. Est-ce que vous acceptez de retirer ce vœu au profit de cette délibération ? »

Ophélie ROTA, Conseillère d’arrondissement

« Oui, nous allons retirer ce vœu. J’aimerais juste relire clairement ce qui est écrit dans l’annexe afin que nous soyons d’accord sur la raison pour laquelle nous retirons ce vœu. Vous écrivez « la rue du faubourg Saint-Antoine sera également aménagée pour relier la Place de la Bastille à celle de la Nation ». Et vous allez même plus loin. C’est là que nous souhaitons vous dire que nous participerons à cette réflexion plus large « cette rue soulève quant à elle des difficultés pour le confort des piétons, la circulation des bus et les livraisons. Ce projet devra ainsi s’inscrire dans une réflexion plus large que celle du déplacement des cyclistes ». Nous sommes tout à fait d’accord avec cette phrase et nous retirons notre vœu. »

 

Intervention sur le plan vélo 2015-2020

Ophélie ROTA, Conseillère d’arrondissement

« Ce programme vélo 2015/2020 apparaît suite à un épisode de pollution assez mémorable à Paris. Au-delà de l’indifférence du Gouvernement à l’égard de Paris et de ses habitants, cela a fait ressortir une certaine cohésion entre les élus parisiens, toutes tendances confondues, sur la question majeure de la lutte contre les particules fines responsables de la pollution à Paris. Il est certain que la favorisation du vélo à Paris est l’une des mesures fortes pour endiguer la pollution dans notre ville sur le long terme. Mais ce programme est-il suffisant ? Est-il assez ambitieux ? Dispose-t-il de moyens suffisants ? Est-il vraiment soutenu par le plus grand nombre ? Nous pouvons nous questionner au vu du report du dépôt du programme en conseil. Nous regrettons quelques oublis et quelques propositions non finalisées. Par exemple, le lien avec l’extérieur du périphérique est quasiment absent en dehors de l’aménagement des Portes de Paris comme lieux de stockage ou d’emprunt de vélos. Le lien avec la petite ceinture comme véritable axe de circulation n’apparaît pas pour diverses raisons. Et un grand plan de réaménagement des places de Paris au global pour intégrer le vélo comme moyen de transport officiel pour les emprunter avec par exemple, une double signalisation qui existe déjà dans certains endroits de Paris, pour faire démarrer vélos et voitures de manière alternée. Enfin, il faudrait associer à ce grand plan de réaménagement des places de Paris, un plan d’entretien de la chaussée. Je sais que l’application dans ma rue n’est pas du tout suffisante sur ce point. Pourquoi ne pas imaginer un site dédié à la collecte des problèmes de chaussée pour intervenir le plus rapidement possible. Je ne suis pas une grande pratiquante de vélo mais pour ceux qui en font, apparemment c’est compliqué. Je rajouterai la nécessité de renforcer la verbalisation envers les vélos qui ne respectent pas le code de la route établi. Développer le vélo à Paris est une nécessité mais le contrat avec les cyclistes doit être clair. Ils sont des usagers de la route à part entière et doivent respecter les règles de circulation. C’est aussi la clé de la réussite de la bonne articulation vélo-voiture-piéton. Un point de méthode sur lequel nous nous retrouverons tous, je pense. Il s’agit de la carte en annexe. Elle donne une vision d’ensemble mais ne rentre pas dans le détail de notre arrondissement. Je crois même qu’une carte d’arrondissement sera donnée un peu plus tard. C’est regrettable et cela supprime un peu le côté concret de notre débat de ce soir. Néanmoins, nous voterons pour ce plan car nous partageons l’objectif de 15% de déplacements à vélo d’ici 2020. Mais le manque de financement et l’idée plus ambitieuse pour faire du vélo-loisir un réel vélo-transport, sont des choses importantes. »

David GREAU, Adjoint à la Maire du 12e arrondissement, Conseiller d’arrondissement
« Je souhaite revenir tout d’abord sur la question du lien avec l’extérieur, soulignée par Mme ROTA. Vous noterez que dans les aménagements prioritaires de ce plan, il y a le Bois de Vincennes qui se situe à l’extérieur des murs de l’arrondissement mais qui est évidemment dans le 12ème. Nous nous retrouvons régulièrement avec des aménagements dans le 12ème, je pense au boulevard de la Guyane, où un aménagement existe mais la collectivité riveraine sur son territoire, a choisi de ne pas aménager la voirie de manière à ce que les vélos puissent circuler. Nous nous retrouvons avec des ruptures à ces endroits. 34 Je reviens sur votre souhait de disposer d’une carte plus détaillée. Nous la donnerons dans un second temps. Elle n’était pas encore tout à fait prête. »

Retrouvez le voeu que nous avions associé à ce plan en cliquant ici.