Intervention : Débat organisé sur le Contrat Parisien de Prévention et de Sécurité 2015-2020

Mme Ophélie ROTA

« Ce contrat arrive dans un contexte particulier où Paris est plus que jamais une ville cible. Ce document fait état de nombreuses sensibilisations, réunions d’échanges mais peu de résolutions concrètes. Ainsi, je profite de ce débat organisé pour aborder un point de prévention et de sécurité dans notre arrondissement. Il s’agit d’incivilités qui se multiplient autour de la piscine de Reuilly, l’allée Vivaldi et la rue de Reuilly. J’ai été sensibilisée par un habitant. Je me suis entretenue avec d’autres qui me confirment bien la multiplication des incivilités dans ce coin de notre arrondissement. On me parle de cages d’escalier occupées, de rodéos de moto sans casque, de trafic, de bagarres à répétition, de feux de poubelle ou de scooter. Je sais Mme la Maire que vous avez aussi été alertée plusieurs fois à propos de ces situations préoccupantes. Je trouve donc intéressant d’aborder ce point dans le cadre de ce débat sur le Contrat Parisien de Prévention et de Sécurité. Nous savons aussi que la Maire d’arrondissement que vous êtes n’a pas le pouvoir de police. Notre question concerne les actions que vous avez pu entreprendre en tant que Maire en matière de prévention auprès des personnes qui stationnent autour de la piscine de Reuilly. Nous savons que nombre de ces personnes sont des habitants du 12e. Comme vous l’avez rappelé tout à l’heure, vous avez élargi le périmètre des médiateurs de nuit. Effectivement, je pense que le dialogue et la médiation sont nécessaires avec ces personnes. Est-ce qu’il faut attendre un drame pour trouver des solutions concrètes ?
A présent, une proposition qui pour nous, groupe UDI-MODEM, apporte une réponse à ce
besoin de prévention. Il s’agit de créer une police municipale que nous pourrions appeler
police de proximité. Elle serait gage de connaissance de nos quartiers et de nos habitants.
Cette police de proximité serait le lien entre l’arrondissement et les services spécialisés en fonction de la gravité des infractions. L’idée revient régulièrement dans le débat politique, je le sais, et les élus centristes la porte depuis de nombreuses années. Les raisons de la créer ne manquent pas. Pourtant, nous attendons toujours sa mise en oeuvre. Je vous remercie. »