Tribune « Les écrits restent…. »

Pour ne plus s’entendre dire que nous refusons un projet historique pour Paris, nous profitons de cette tribune pour rappeler notre soutien au projet de piétonisation des voies sur Berge rive droite. Ce projet était dans le programme municipal que nous défendions aux côtés de Les Républicains en 2014. Mais sommes-nous autorisés à dire que la mise en place de ce projet a été précipitée, irrespectueuse et sans concertation ? À en croire la majorité, non !
Paris doit se réapproprier son fleuve pour, entre autres, des raisons environnementales. La fermeture aux voitures des voies sur berge rive droite est une décision naturelle et bénéfique pour tous. Ce projet est historique pour Paris et c’est justement parce qu’il l’est, qu’il ne pouvait être fait avec cette méthode autoritaire.
Le projet choisi l’a été en s’appuyant sur les 57% d’avis favorables parmi 933 contributions issues de la concertation publique (été 2015). En 2011, 1563 contributions sur l’aménagement des berges de Seine rive gauche avaient été jugées par le commissaire- enquêteur comme trop faible pour se positionner et la concertation avait été prolongée. Pas cette fois-ci !
Plus grave, le mépris de la mairie vis-à-vis des légitimes inquiétudes exprimées par plusieurs acteurs : le vote négatif de la commission d’enquête en août 2016, l’appel des maires de banlieues qui sont exclus du projet, les 40 000 artisans parisiens, le trafic des bus RATP qui devrait être impacté à 42% et tous les retours quotidiens des parisien-nes. Au groupe UDI-Modem, nous avions demandé à ce que soit étudié un plan de circulation. Refusé. Nous avions demandé à ce que soit étudié des modes de transports collectifs propres et silencieux sur les voies et d’accentuer les navettes fluviales. L’objectif était de proposer des transports alternatifs et de soulager les bus. Pas entendu.

Tribune parue dans le journal « Notre 12″ n° 75

Délibération aménagement des berges de la Seine rive droite – Déclaration de projet.

Cette intervention est la 3ème intervention sur le sujet en conseil d’arrondissement. Les précédentes remontent à juin et novembre 2015.

Ophélie ROTA, Conseillère d’arrondissement
« On ne va pas refaire le débat mais on le refait tout de même un peu. Le projet de piétonisation des berges de Seine a rythmé notre été entre l’avis de la commission publique qui a été défavorable, le préfet de police qui demande une expérimentation de 6 mois, et les innombrables articles de presse sur le sujet. Encore un ce matin dans Le Parisien. Tous les acteurs concernés en dehors de la Maire de Paris expriment une crainte très forte que nous connaissons tous, la circulation fortement embouteillée sur les quais hauts en raison de cette fermeture. Si les Franciliens qui prennent la voiture ne vous intéressent pas. Il y a aussi les Parisiens qui prennent le bus qui sont pénalisés par cette fermeture. J’en fais partie. Depuis la crue, la situation des bus qui passent au-dessus des quais de la rive droite est très problématique. Je citerai le 91, le 31, le 28 et le 27. Les voies de bus ne servent presque plus à rien tandis que c’est l’une des meilleures inventions de ces 10 dernières années. Quelle que soit l’heure, ces bus n’avancent plus et les voitures font en moyenne du 6km/h sur ces portions. A pied, nous les dépassons tous. Ainsi, c’est la pollution sonore qui est à déplorer. Bouchons, stress et exaspération poussent les automobilistes à klaxonner plus que de raison. Nous sommes loin d’une ville apaisée.

La position du groupe UDI-MODEM, vous la connaissez. Nous souhaitons autant que vous la piétonisation des berges de Seine rive droite car Paris doit retrouver son fleuve et pouvoir en profiter comme toutes les grandes villes du monde. Nous la souhaitons aussi pour réduire la place de la voiture à Paris. Notre groupe au Conseil de Paris demande depuis le début un moratoire sur cette question afin de permettre une mise en place de cette mesure de manière plus concertée et plus respectueuse des villes alentour, des commerçants et de notre partenaire RATP et des Parisiens tout simplement. Nous voterons contre les deux délibérations et nous voterons pour le vœu des Républicains qui reprend notre idée du moratoire. Merci. »

L’aménagement des berges de Seine rive droite, nous sommes pour…et nous avons voté contre !

Hier, nous avons voté contre la délibération qui devait « approuver le bilan de la concertation préalable et le projet pour l’aménagement des berges de Seine – Liaison Bastille/Tour Eiffel. Le projet avait déjà été en débat au conseil d’arrondissement en mai dernier et nous nous étions abstenus. Relisez notre explication de vote ici.

Hier, nous avions plein de choses à dire sur cette délibération…

« Il faut commencer par rappeler que nous soutenons l’idée de votre projet de voir les parisien-nes se réapproprier la Seine, que nous l’avons défendue dans notre programme en 2014 et que cette évolution de notre ville est logique, naturelle et bénéfique pour tous. Mais pourquoi tant de précipitation ?

Déjà, lors du 1er débat en conseil d’arrondissement en mai dernier, nous avions regretté l’emballement dont faisait preuve la Maire de Paris sur ce sujet. À cette époque, le débat et les esquisses de projets étaient dans la presse avant même que le conseil de Paris soit saisi ! Cet emballement est pire encore aujourd’hui avec cette délibération qui présente le projet choisi, rien que ça !

La mairie appuie son choix sur la concertation menée pendant l’été (encore une !) et les 933 contributions desquelles ressortiraient 57% d’avis favorables sur le projet d’aménagement des berges de Seine rive droite. Comparons ce chiffre à celui des contributions de 2011 sur l’aménagement des berges de Seine rive gauche : 1563 contributions à l’époque sur le projet. Un nombre que le commissaire- enquêteur avait qualifié de trop faible pour se positionner et la concertation avait été prolongée.

Aujourd’hui en 2015, rien de tel, alors que la concertation publique n’est pas à la hauteur de l’envergure du projet. 38 contributions, seulement approuvent le projet 2 que la mairie a retenue et que vous nous demandez de voter ce soir. Comme je l’avais déjà dit la dernière fois, si la Maire de Paris tient à ce projet au point d’ignorer les inquiétudes clairement exprimées par les parisien-nes, les partenaires (transporteurs, commerçants) et les villes de la 1ère couronne, que la maire de Paris passe le projet en conseil de Paris, elle a la majorité pour le faire, et épargnez nous la concertation publique qui ne peut faire que des frustrés et des mécontents !

Comme je le disais plus haut, la synthèse de la concertation publique montre l’adhésion pleine et entière pour l’idée de l’aménagement des berges de Seine rive droite, et je le rappelle, c’est le cas de nous tous ici MAIS la concertation évoque aussi les inquiétudes fortes autour du projet de la mairie de Paris : l’absence d’un plan de circulation qui accompagne le projet, les embouteillages et la pollution qui en découlent inévitablement et enfin l’impact économique de la piétonisation de la voie Georges Pompidou. Ce sont les mêmes inquiétudes que nous étions plusieurs à exprimer en mai dernier. Pour un projet de cette importance qui va impacter 42% du trafic des bus Ratp, des milliers de travailleurs d’Ile-de-France qui utilisent leur voiture et les quelques 40 000 artisans parisiens, la concertation doit être à la hauteur et c’est pourquoi je crois que nous devons changer de méthode !

Au delà des réunions publiques, des marches exploratoires, des contributions sur le site » madame la maire j’ai une idée », auxquelles malheureusement ce sont toujours les mêmes personnes qui participent, pourquoi ne pas faire appel à un institut de sondage national qui, comme pour les grandes questions de société, solliciterai un nombre significatif de franciliens sur le sujet ? Les groupes dits qualitatifs sont aussi très efficaces pour capter le ressenti réel d’une population sur un projet

Autre possibilité : une exposition pour présenter sous forme de maquettes les différents projets et expliciter les contraintes et les enjeux, avec la possibilité de voter et laisser un avis, comme cela a été fait pour la Samaritaine.

Autre point : la présentation de 2 projets, c’est un peu court, alors que nous avons tous défendus des projets innovants pour les berges de Seine rive droite. Par exemple, citons l’amendement du groupe Les Républicains au Conseil de Paris qui ouvrait la porte à un 3ème projet, qui n’a pas été retenu par l’exécutif, pas même comme une piste de travail. Encore une fois la mairie se précipite trop sur ce projet, pourquoi tant d’impatience qui risque de durcir les relations avec un certain nombre de partenaires privilégiés et les villes alentours ? »

Nous avons donc voté contre. La délibération d’hier portait sur la concertation et un vote positif aurait cautionné les conclusions de la concertation que nous trouvons biaisé. Le président de groupe socialiste, radical de gauche et citoyen, Emmanuel Grégoire a parlé hier soir d’un « projet pour l’humanité » et c’est justement parce que nous le pensons aussi qu’il est indispensable de faire ce projet sans précipitation et avec du bon sens.

Aménagement des berges de Seine – rive droite

Ophélie ROTA, Conseillère d’arrondissement

« Merci. Je suis désolée mais je vais commencer comme tout le monde en disant que nous défendons beaucoup le fait de se réapproprier la Seine. Nous l’avons tous défendu dans nos programmes. Cela va dans le sens de l’histoire et nous sommes pour. Je vais rappeler la manière dont la Maire de Paris a présenté cela dans la presse. Je sais que ce n’est pas forcément de sa faute mais présenter 2 voire 3 semaines avant, un projet qui n’est même pas passé en conseil d’arrondissement, c’est un peu pénible car tout est déjà débattu. Elle assume dans la presse le fait de vouloir diminuer de façon très importante le trafic automobile. Il n’y a pas de langue de bois. Elle l’affirme avec force. C’est bien mais cela ne suffit pas. Elle est quand même la Maire de tous les Parisiens et la Maire de la capitale de la France. Il ne faut pas oublier toutes les catégories de population qui passent par Paris, les banlieusards et les touristes. Oui à l’aménagement des berges pour en faire de nouveaux espaces. Je rejoins M. MOULIN sur les partenaires associés au moment des concertations. Mais il y a un grand absent dans cette délibération, c’est un plan de circulation qui viendrait accompagner tout cela car la fermeture des berges va ramener des milliers de voitures sur les quais hauts et ce ne sera pas sans conséquences sur tout ce qui est bouchons, particules fines et donc pollution. Nous allons aussi amener des petites choses sur des nouveaux transports. On va essayer d’être inventifs en essayant de se réapproprier la Seine au sens propre du terme, en développant pour de bon des navettes bus. Cela peut être une vraie alternative. On évoque aussi des minibus électriques et silencieux qui pourraient côtoyer les marcheurs sur les quais bas. Dernier point. La période de concertation qui est assez importante, fera ressortir à mon avis, les mêmes inquiétudes et les mêmes faiblesses que l’on peut évoquer ce soir. Mais aussi le même enthousiasme sur la réappropriation des berges. Merci. »

Nous nous sommes abstenu sur cette délibération.