Subventions pour les projets d’animation dans le cadre de l’ARE

Ophélie ROTA, Conseillère d’arrondissement
« Nous arrivons au terme d’une deuxième année avec les nouveaux rythmes scolaires. Avec le temps, je pense que nous avons tous l’impression que les enfants, les professeurs et les parents se sont parfaitement faits à ce nouveau mode d’organisation. Mais tout n’est pas si simple. Les équipes pédagogiques nous disent encore que les élèves sont toujours plus fatigués qu’avant de leur semaine et que certains parents souffrent encore des nouveaux horaires qui les obligent à s’adapter. Un petit mot sur les animateurs qui ne sont pas tous à la hauteur des missions auprès des enfants. Chaque professeur raconte qu’ils voient les animateurs en difficulté pour tenir un groupe ou apprendre une activité. Il y a mais vous le savez déjà, et je sais que vous en prenez déjà la mesure, une grande disparité dans la qualification des animateurs. Une question très concrète. Que faire des élèves que les parents inscrivent en cours d’année aux ateliers ? Est-il envisageable qu’à partir de la rentrée 2015, nous puissions prendre en compte ces nouveaux inscrits, au moins dans certains ateliers ? Pour être cohérents avec nos votes précédents, nous nous abstiendrons sur cette délibération. »

 

Réponse de Laurent TOUZET, Adjoint à la Maire du 12e arrondissement, Conseiller d’arrondissement, rapporteur 

 » Concernant les inscriptions en cours d’année, contrairement au reste des temps périscolaires où nous avons un fonctionnement plus souple qui est payant pour les familles, ici, c’est un temps 40 gratuit. Forcément, le fonctionnement est beaucoup moins souple. Il faudrait regarder les circonstances du cas sur lequel vous avez pu être saisie pour essayer de mieux comprendre et éventuellement prévoir plus de souplesse que le système prévu au départ. »

Intervention bilan des aménagements des rythmes scolaires

Madame Ophélie ROTA,
« Mon intervention ne sera pas idéologique puisque à l’UDI et au MODEM, nous sommes pour une refondation de l’école mais nous voulons aussi qu’elle se fasse dans une grande concertation et avec un large consensus. Vous dites que Benoît HAMON a fait des aménagements ce qui est vrai mais ils ne répondent pas à deux problèmes qui sont qualitatifs et financiers pour Paris. Je vais en remettre une petite couche sur le recrutement des animateurs pour les ateliers et sur les élèves de maternelles qui sont particulièrement touchés par cette réforme. Nous tenons aussi à ajouter un point sur les enfants en situation de handicap pour savoir s’ils sont inscrits car nous ne le savons toujours pas, dans les activités périscolaires. Enfin, le coût exact pour le 12ème n’a pas
été évoqué. Merci. »